L’industrie maffieuse des tomates

Par D’Jaye Normand

Que consomme-t-on vraiment lorsque nous versons un concentré de tomates dans nos sauces spaghetti, du ketchup sur nos frites et quand nous croquons dans une pizza ou mangeons un sandwich?

« Nous sommes entrés dans la civilisation de la tomate, la marchandise la plus accessible de l’ère capitaliste », Cite Jean-Baptiste Malet, journaliste et auteur du livre; L’Empire de l’or rouge.

Tous les êtres humains consomment de la tomate, partout sur la planète, environ 5 kg par an par personne.

Elle devient donc communément appliquée à toutes les sauces… Sauce à pizza, sauce tomate et V8 de Heinz… Certifié d’un petit drapeau italien sur l’étiquette évoquant la tradition et la culture bien encrée, elle sont toutes rouges, rondes, mûres à point et ont une apparence naturelle. Finalement ce condensé chinois n’en est certainement pas issu… Oui la production massive des tomates non biologiques proviennent de Chine!

’C’est un autre fruit, une autre géopolitique, un autre business. La tomate d’industrie est un fruit artificiellement créé par des généticiens, dont les caractéristiques ont été pensées pour être parfaitement adaptées à sa transformation industrielle.’’ Résume le journaliste.

La tomate industrielle, cultivée en Chine mais aussi en Italie, au Mexique ou en Californie est maintenant partout.

Sarcastiquement l’industrie HEINZ Ontarienne qui roulait à la tomate Canadienne et Québécoise a fermé ses portes en 2014 frappée par la mondialisation de la tomate modifiée génétiquement. Le Canada pourrait être entièrement auto-suffisant mais comme beaucoup d’autres pays, les lois mondiales tuent à petit feux l’agriculture locale. L’ombre derrière tout ça, les figurants à cravate du milieu qui s’en mettent plein les poches…

« Les industriels disent qu’il n’y a pas de problème, c’est faux. Il y en a plusieurs que l’on ne voit pas et qui, dans des démocraties comme les nôtres, devraient faire l’objet de débat. Et pour cela, le consommateur a besoin de savoir ce qu’il mange vraiment. Nos sociétés sont organisées selon des règles idéologiques qui se font au détriment du bon sens. Il faut réguler à nouveau plusieurs industries, plusieurs commerces, forcer, dans le cas de la tomate, la traçabilité de cette matière première, mais aussi de tous les ingrédients qui entrent dans la composition d’un produit alimentaire, afin de donner aux consommateurs l’information sur sa provenance, sur ce qu’il est vraiment, sur ce qu’il représente. Et on doit passer par la case politique pour ça »  Cite de nouveau Mr. Malet.

Le ministère fédéral du développement économique démontre des chiffres de 800 milliards de dollars de tomates en conserve, fraîche, en jus ou concentré. Et malheureusement, des prisonniers, des migrants et des gens en minorités sont exploités pour que le rendement soit efficace. Des pesticides ‘’interdits’’ sont utilisés en Chine, ainsi ils se glissent sous forme d’amidon, de fibres de soya, de colorant et de dextrose. Ils rendent la consistance du fruit faussement beau avec une texture ‘’meilleure’’ et un aspect plus ‘’parfait’’. Surtout sur le marché Africain et en forme de concentré de tomate qui est le pire, cadeau des chinois…

En Italie, Jean-Baptiste a parcouru l’industrie maffieuse agro-industrielle et il estime une économie de 15 milliards dans la nourriture seulement, il y aurait aussi des échanges ambigus qui ce font entre la Chine et l’Italie…

Pendant que personne n’a rien vu ou ne s’en doute, Mr Jean-Baptiste Malet lui s’est activé et à fait un excellent travail et enquête sur ce qui nous tiens le plus à cœur : L’industrie Agroalimentaire et la les aliments locaux, biologiques.

Les effets dangereux des pesticides et additifs ont comme résultat la dégénération de certains organes (foie, reins, poumons) des allergies et des effets neurotoxiques perturbant l’immunité contre le cancer. Des effets tératogènes comme la malformation de l’embryon et mutagènes comme l’atteinte au patrimoine génétique. Des problèmes graves de fécondité et des perturbations hormonales. C’est pourquoi en consommant le plus possible des produits locaux et biologiques il est assuré que ce que nous avons sur notre table est favorable à une alimentation saine c’est en acheter local et biologique. Disons non à ces pratiques extrêmement nocives pour notre santé, celle de nos enfants et futures générations.

Si vous souhaitez poursuivre la lecture concernant l’industrie mensongère de la tomate; L’Empire de l’or rouge, des éditions Fayard par Jean-Baptiste Malet est disponible chez votre libraire partout au Québec. 

Une réflexion au sujet de « L’industrie maffieuse des tomates »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *